Balade Barbès gourmand, cuisine de rue à la Goutte d’Or (Paris)

Tarif : 14 € – Durée : environ 2h – Réservation sur Exploreparis.com ou sur 716lavie.com
Guide : Guillaume (guillaume@levraiparis.com)

Date de la visite : février 2019

. Pâtisserie El Andalusia, rue de la Goutte d’Or à Paris

(Re)découvrir Barbès par la cuisine de rue, voilà une belle idée pour qui aime Paris, les cultures du monde et la gastronomie car c’est le cocktail que nous propose Guillaume, guide parisien féru de Paris et du bien manger. D’ailleurs, son site 716LaVie (onomatopée de « c’est ainsi la vie », tout un programme) fourmille de bonnes adresses pour se régaler à moindre coût à Paris ou ailleurs dans le monde.

Notre balade gourmande démarre au métro Anvers, sous un magnifique soleil printanier. Guillaume nous conte l’histoire d’un plat algérien dont je n’ai jamais entendu parlé, la garantita, une purée de pois chiche cuite au four, autrefois considérée comme la viande du pauvre. Nous irons la déguster dans une petite gargote du boulevard de la Chapelle (Kaliente, 49 bd de la Chapelle 75010 Paris) qui ne paye pas de mine mais qui a la première servi cette réminiscence du pays aux immigrés Algériens. Côté goût, c’est bon mais je ne traverserai pas Paris pour en remanger. A 2 € la part, servie épicée (cumin ou harissa ou les deux) ou pas, en barquette ou dans un sandwich baguette , ça cale l’estomac, d’autant plus que nous avons fait un arrêt avant à la Garantita Two (9 bd Rochechouart 75009 Paris), un concurrent où Guillaume nous recommande de tester la pizza au fromage ou aux anchois à 1 € la part. J’avoue que la couleur orangée de la sauce tomate qui n’a d’égale que celle de la devanture de l’échoppe me laisse un instant perplexe mais je tente et au final, je ne suis pas déçue. La pizza est bonne, la sauce tomate un peu sucrée. A retenir pour un encas sur le pouce dans le quartier.

. La Garantita Two, boulevard de Rochechouart à Paris

Nous continuons la balade par une traversée rapide du marché de Barbés qui se tient sous le métro aérien entre les stations Barbès Rochechouart et Porte de la Chapelle les mercredi et samedi matins. Comme tous les marchés parisiens, c’est un festival de couleurs, de senteurs, le tout dans une ambiance  animée et joviale. Les tarifs y sont très attractifs. J’y suis d’ailleurs repassée après la balade pour quelques emplettes.

Nous poursuivons vers les rues de la Goutte d’Or et Myrha où Guillaume nous explique non seulement les aspects culinaires (la Goutte d’Or ferait référence au vin issu des vignobles de Montmartre tandis que la rue Myrha était la rue des restaurants de brochettes, il n’en reste malheureusement que très peu) mais également les aspects sociaux-économiques et politiques liés à l’immigration. C’est très intéressant, on a envie d’approfondir la question une fois revenu à la maison.

. Le quartier Barbès

La balade se poursuit par des escales chez un épicier ivoirien et un grossiste en herbes aromatiques où l’on peut acheter au détail les herbes dont on a besoin, vendues au même prix qu’au marché de Barbès (0,30 € le bouquet de persil ou coriandre ou menthe).

. Grossiste en herbes aromatiques, rue de Jessaint à Paris

Enfin, comme il se doit, la balade se termine par une touche sucrée à la pâtisserie El Andalusia (25 rue de la Goutte d’Or 75018 Paris) où M. Karim nous a préparé un délicieux thé à la menthe (1.50 € le verre de thé), que l’on peut déguster sur place, debout, avec une pâtisserie orientale (1.50 € le petit gâteau). 

Merci à Guillaume qui m’a permis de redécouvrir ce quartier sous un angle culinaire mais également culturel (nombreuses explications sur l’architecture urbaine et les sites culturels croisés tout au long de la balade) et sociologique. J’ai vraiment envie d’y revenir, sans préjugés. Le restaurant de couscous et brochettes Sidi Rached (64 rue de Myrha) recommandé par Guillaume sera une bonne occasion!